SITE OFFICIEL DU FESTIVAL DE PATRIMONIO (CORSE)

 

L'histoire des "Nuits"

Musiciens venus au festival

Affiches depuis 1990

Les origines

Elles remontent à près d'un demi-siècle. Tout a commencé avec les frères Gilbert et René Dominici, guitaristes amateurs dont la notoriété dépassait largement les limites de la commune. Ils avaient un vaste répertoire qu' ils jouaient avec une finesse et une technique surprenantes pour des "musiciens de village", autodidactes et ignorant tout du solfège. Leur passion pour cet instrument fit rapidement des émules et Patrimonio devint une véritable pépinière de guitaristes. Il n'était pas rare d'assister, au café du village, à de véritables concerts réunissant une dizaine d'amateurs de tous âges auxquels se joignaient des musiciens venus en vacances. Ces musiciens de passage, dont certains sont maintenant des professionnels, n'ont jamais oublié l'atmosphère chaleureuse et amicale de ces "nuits de la guitare" improvisées. Citons Claude Ciari (maintenant citoyen japonais et guitariste de renom), qui a déclaré à la télévision de son pays que sa rencontre (1965) avec les guitaristes de Patrimonio lui avait redonné la joie de jouer alors qu'il était sur le point d'abandonner sa carrière. (Cette déclaration a incité la NHK à envoyer à Patrimonio une équipe qui a réalisé un film de 45 minutes dans lequel Claude Ciari, André et Jean-Bernard Gilormini se sont retrouvés, avec l'émotion que l'on devine). En fait, ces rencontres conviviales et ouvertes étaient, à une échelle modeste, la préfiguration du festival actuel.

 

La naissance du festival

Le festival est né en 1990 de l'initiative commune de Guy Maestracci, guitariste amateur alors fraîchement élu maire de Patrimonio, et de Jean-Bernard Gilormini, autre passionné de guitare contaminé sans aucun doute par son cousin André. Ce noyau de départ fut très vite rejoint par de nombreux bénévoles offrant chacun de mettre ses compétences au service d'un pari ambitieux dès le départ, à savoir attirer à Patrimonio les plus grands guitaristes de la planète dans tous les genres musicaux. Ce, pour le plus grand bonheur des organisateurs ravis d'approcher enfin leurs idoles mais aussi de tous les passionnés de musique, et de guitare en particulier, très nombreux en Corse. La première édition (sur trois soirées) proposait, au côtés des meilleurs guitaristes insulaires, des têtes d'affiche tels Babik Reinhardt, Roland Dyens, Raphaël Faÿs. L'année suivante, Marcel Dadi, Larry Coryel et Bireli Lagrene, entre autres, enchantèrent le public de Patrimonio. Tous ces musiciens de renommée internationale, séduits par la beauté du site (que certains qualifiaient déjà de "magique"), par la chaleur du public et par la convivialité et la qualité de l'équipe organisatrice, allaient devenir les meilleurs ambassadeurs de ce festival naissant. Le théâtre de verdure de Patrimonio accueillit, au fil des ans, Al Di Meola, John McLaughlin, Mike Stern, John Scofield, Jim Hall, Christian Escoudé, Vicente Amigo, Tomatito, Gilberto Gil, les frères Assad, etc... Bref, le rêve était devenu réalité.

 

Et maintenant ?

Le festival a grandi, passant de 3 à 8 soirées. La fréquentation ne cesse d'augmenter d'année en année et de nombreux estivants, conquis par la qualité des programmes et l'atmosphère très particulière du théâtre de verdure, planifient leur séjour en fonction de nos dates. La municipalité a réaménagé le site, ce qui a permis d'y installer confortablement plusieurs centaines de fauteuils supplémentaires. Pourtant, malgré l'ampleur prise par le festival, l'esprit n'a pas changé : simplicité, convivialité. Les musiciens, très sensibles à l'accueil chaleureux de l'équipe organisatrice deviennent généralement des amis que nous sommes heureux d'accueillir et tristes de voir repartir. "Le seul moment où je ne suis pas heureux à Patrimonio c'est quand il faut repartir" disait Marcel Dadi*. Ces musiciens ne se contentent pas, ici, d'honorer leur contrat mais donnent le meilleur d'eux-mêmes. Le public le sent et il s'établit une communion qui les pousse à se dépasser et que certains appellent "la magie de Patrimonio". Le public n'est pas un client, c'est notre premier partenaire. C'est lui qui a cru en nous dès le début. C'est son festival et nous voulons qu'il en soit fier et que tous les amoureux de la guitare se sentent chez eux à Patrimonio.

*Ce grand guitariste est mort tragiquement dans l'accident du Boeing TWA en juillet 1996. En 1997, une nuit "Hommage à Marcel Dadi" a été organisée. Ses amis français et américains y ont évoqué son souvenir et joué ses morceaux favoris.

Musiciens venus au festival

Association "Les Nuits de la Guitare" - BP 12 - 20253 Patrimonio

Guitaristes Corses : José d'Alessi, Jérôme Ciosi, Lucien Ferreri, Jean-Jacques Gristi (Janjak Trio), Auleriu Mannarini, Patrick Mattei, Jean-François Oricelli, Gérard Poletti, Pascal Polidori, Rodolphe Raffalli, Philippe Spinosi, Emile Tamagna, Antoine Tatich. Guitaristes Classiques : Badi Assad, Duo Odaïr et Sergio Assad, Paulo Bellinati, Valérie Duchâteau, Roland Dyens, Marylise Florid, Los Angeles Guitar Quartet, Michel Sadanovski et Trio de Guitares de Paris, Philippe Spinosi (Duo). Guitaristes Flamenco : Vicente Amigo, Juan Manuel Canisares, Juan Carmona, Kejaleo, Paco de Lucía, Serge Lopez, Gerardo Nuñez, José Antonio Rodriguez, Manolo Sanlucar, Victor Monje Serranito, Tomatito, Louis Winsberg. Guitaristes Picking et Country Thom Bresh, Marcel Dadi, Tommy Emmanuel, Buster B. Jones, Adrian Legg, Albert Lee. Guitaristes Manouches : Gigi Cifarelli, Angelo Debarre, Les Doigts de l'Homme, Thomas Dutronc, Christian Escoudé, Raphaël Faÿs, Boulou Ferré, Ellos Ferré, Rocky Gresset, Sébastien Giniaux, Fapy Lafertin, Jean-Félix Lalanne, Richard Manetti, Adrien Moignard, Babik Reinhardt, David Reinhardt, Romane, Stochelo et Moses Rosenberg, Sanseverino, Tschawolo Schmidt, Dorado Schmidt, Samson Schmidt, Joscho Stephan, Vlatko Stefanovski, Brady Winterstein, Hono Winterstein. Guitaristes Jazz, blues, rock : Bernard Allison, Tuck Andress, Jean-Louis Aubert, Gwin Ashton, Blick Bassy, Jeff Beck, George Benson, Bjørn Berge, Bernhoft, Louis Bertignac, Eric Bibb, Hiram Bullock, John Butler, Larry Carlton, Philip Catherine, Popa Chubby, Larry Coryell, Yamandu Costa, Alvin Lee, Al Di Meola, Robben Ford, Robert Fripp, Johnny Gallagher, Franck Gambale, Larry Garner, Buddy Guy, Jim Hall, Uli Jon Roth, Keziah Jones, Bireli Lagrene, Jonny Lang, Nguyên Lê, Sylvain Luc, Steve Lukather, Taj Mahal, MattRach, MIYAVI, Eric McFadden, John McLaughlin, Vitaly Makukin, Pat McManus, Pat Metheny, Raoul Midon, Dominic Miller, Monte Montgomery, Al Mc Kay, Nono (Norbert Krief), Eliades Ochoa (Buena Vista Social Club), Marco Pereira, Lucky Peterson, Sernan Romero, Patrick Rondat, Luis Salinas, Eric Sardinas, Joe Satriani, John Scofield, Michael Schenker, Neil Stacey, Z-Star, Mike Stern, Andy Summers, Martin Taylor, Steve Vai, Alceu Valença, Trio Van Wilks, Javier Vargas, Joe Louis Walker, Mark Whitfield, Johnny Winter. Chanteurs et groupes : Archive, Asaf Avidan & the Mojos, Ayo, The Beach Boys, BB Brunes, Ilene Barnes, John Butler Trio, Tracy Chapman, Elvis Costello and the Sugarcanes, Captain Mercier, Chico César, Chico & the Gypsies, Joe Cocker, René Coll Orchestra, Deep Purple, Julien Doré, Earth Wind and Fire Experience, Demi Evans, Patrick Fiori, Dallas Frasca, Michel Fugain & Pluribus, Melody Gardot, Gilberto Gil, Beth Hart, IGGY & the Stooges, Katia Guerreiro, Mathis Haug, Roger Hodgson, Agnès Jaoui, Tom Jones, Jorge Ben Jor, Klazz Brothers & Edson Cordeiro, King-King, King Of The North, Koritni, Diana Krall, Last Train, Bernard Lavillier, Sean Lennon, -M- (Matthieu Chedid), Trio Madeira, Christophe Maé, Márcia Maria, Mariza, Daniela Mercury, Simple Minds, Ana Moura, Alan Parsons Live Project, Charles Pasi, Patrice, Robert Plant, Patrizia Poli, Laura Riz, Return to Forever, Rival Sons, Rockbox, Shaka Ponk, Sanseverino, Sound of Guns, Patti Smith, Status Quo, Thirty Seconds To Mars, Rokia Traoré, Toto, Triggerfinger, Troc, Urs Karpatz, Chrystle Warren, ZAZ, Zucchero. Batteurs et percussionnistes : Ray Baretto, Mino Cinelu, André Ceccarelli, Dennis Chambers, Vinnie Colaiuta, Trilok Gurtu, Daniel Humair, Zakir Hussein, Gumbí Ortiz, Steve Smith, Arto Tuncboyacian, Dave Weckl, Lenny White. Autres musiciens : Alexei Arkhipovski (balalaïka), Armandinho (mandoline), Marcel Azzola (accordéon), Richard Bona (basse), Michael Brecker (saxophone), Randy Brecker (trompette), Ron Carter (contrebasse), Stanley Clarke (basse), Chick Corea (claviers), Jean Cortès (contrebasse), Hamilton de Holanda (mandoline) Joey Di Francesco (orgue Hammond), Bill Evans (saxophone), Richard Galliano (accordéon), Renaud Garcia-Fons (contrebasse), Jean-Marie Giannelli (basse), Nicolas Kedroff (balalaïka), Marc-Michel Le Bevillon (contrebasse), Giani Lincan (cymbalun), Didier Lockwood (violon), Marc Mainieri (vibraphone), Brad Mehldau (piano), Ionica Minune (accordéon), Marcus Miller (basse), Jean Jacques Milteau (harmonica), Costel Nitescu (violon), Ange Lanzalavi (mandoline), Marcel Loeffler (accordéon), Joe Lovano (saxophone), Florin Niculescu (violon), Maceo Parker (saxophone), Mario Parmisano (piano), Jean-Luc Ponty (violon), Gérôme Regard (contrebasse), Dino Saluzzi (bandonéon), Fernando Suarez-Paz (violon), Bruno Tafani (accordéon), Toots Thielemans (harmonica), René Vallecalle (mandoline), Jean-Philippe Viret (contrebasse), Martin Weiss (violon), Victor Wooten (basse), Joe Zawinul (claviers).

Les affiches

Les origines

Elles remontent à près d'un demi-siècle. Tout a commencé avec les frères Gilbert et René Dominici, guitaristes amateurs dont la notoriété dépassait largement les limites de la commune. Ils avaient un vaste répertoire qu' ils jouaient avec une finesse et une technique surprenantes pour des "musiciens de village", autodidactes et ignorant tout du solfège. Leur passion pour cet instrument fit rapidement des émules et Patrimonio devint une véritable pépinière de guitaristes. Il n'était pas rare d'assister, au café du village, à de véritables concerts réunissant une dizaine d'amateurs de tous âges auxquels se joignaient des musiciens venus en vacances. Ces musiciens de passage, dont certains sont maintenant des professionnels, n'ont jamais oublié l'atmosphère chaleureuse et amicale de ces "nuits de la guitare" improvisées. Citons Claude Ciari (maintenant citoyen japonais et guitariste de renom), qui a déclaré à la télévision de son pays que sa rencontre (1965) avec les guitaristes de Patrimonio lui avait redonné la joie de jouer alors qu'il était sur le point d'abandonner sa carrière. (Cette déclaration a incité la NHK à envoyer à Patrimonio une équipe qui a réalisé un film de 45 minutes dans lequel Claude Ciari, André et Jean-Bernard Gilormini se sont retrouvés, avec l'émotion que l'on devine). En fait, ces rencontres conviviales et ouvertes étaient, à une échelle modeste, la préfiguration du festival actuel.

 

La naissance du festival

Le festival est né en 1990 de l'initiative commune de Guy Maestracci, guitariste amateur alors fraîchement élu maire de Patrimonio, et de Jean-Bernard Gilormini, autre passionné de guitare contaminé sans aucun doute par son cousin André.

Ce noyau de départ fut très vite rejoint par de nombreux bénévoles offrant chacun de mettre ses compétences au service d'un pari ambitieux dès le départ, à savoir attirer à Patrimonio les plus grands guitaristes de la planète dans tous les genres musicaux. Ce, pour le plus grand bonheur des organisateurs ravis d'approcher enfin leurs idoles mais aussi de tous les passionnés de musique, et de guitare en particulier, très nombreux en Corse. La première édition (sur trois soirées) proposait, au côtés des meilleurs guitaristes insulaires, des têtes d'affiche tels Babik Reinhardt, Roland Dyens, Raphaël Faÿs. L'année suivante, Marcel Dadi, Larry Coryel et Bireli Lagrene, entre autres, enchantèrent le public de Patrimonio.

Tous ces musiciens de renommée internationale, séduits par la beauté du site (que certains qualifiaient déjà de "magique"), par la chaleur du public et par la convivialité et la qualité de l'équipe organisatrice, allaient devenir les meilleurs ambassadeurs de ce festival naissant. Le théâtre de verdure de Patrimonio accueillit, au fil des ans, Al Di Meola, John McLaughlin, Mike Stern, John Scofield, Jim Hall, Christian Escoudé, Vicente Amigo, Tomatito, Gilberto Gil, les frères Assad, etc... Bref, le rêve était devenu réalité.

 

Et maintenant ?

Le festival a grandi, passant de 3 à 8 soirées. La fréquentation ne cesse d'augmenter d'année en année et de nombreux estivants, conquis par la qualité des programmes et l'atmosphère très particulière du théâtre de verdure, planifient leur séjour en fonction de nos dates. La municipalité a réaménagé le site, ce qui a permis d'y installer confortablement plusieurs centaines de fauteuils supplémentaires. Pourtant, malgré l'ampleur prise par le festival, l'esprit n'a pas changé : simplicité, convivialité. Les musiciens, très sensibles à l'accueil chaleureux de l'équipe organisatrice deviennent généralement des amis que nous sommes heureux d'accueillir et tristes de voir repartir. "Le seul moment où je ne suis pas heureux à Patrimonio c'est quand il faut repartir" disait Marcel Dadi*. Ces musiciens ne se contentent pas, ici, d'honorer leur contrat mais donnent le meilleur d'eux-mêmes. Le public le sent et il s'établit une communion qui les pousse à se dépasser et que certains appellent "la magie de Patrimonio". Le public n'est pas un client, c'est notre premier partenaire. C'est lui qui a cru en nous dès le début. C'est son festival et nous voulons qu'il en soit fier et que tous les amoureux de la guitare se sentent chez eux à Patrimonio.

*Ce grand guitariste est mort tragiquement dans l'accident du Boeing TWA en juillet 1996. En 1997, une nuit "Hommage à Marcel Dadi" a été organisée. Ses amis français et américains y ont évoqué son souvenir et joué ses morceaux favoris.